xyzebres

Arolde, une claque dans la tronche

Un article de Almo paru sur le site Du belge sur tes tartines, mai 2003.

Arolde

Grey line

Arolde est une artiste à part dans l’univers de la chanson française. Ancienne membre des Brochettes, vainqueur haut la main et à raison de l’avant-dernier concours-circuit, elle mène une carrière solo on ne peut plus intéressante, accompagnée d’une petite machine sur laquelle elle compose ses mélodies, et, nouveauté pour ce concert du 5 mai au Bota, d’un limonaire, qui est un espèce d’orgue fonctionnant avec des tubes, conçu par elle-même.

Voir Arolde sur scène, c’est entrer dans un univers féerique, terriblement attachant. De celui-ci, on est sûr qu’on n’en ressortira pas le même qu’en entrant. Elle nous raconte qu’elle n’ira jamais travailler, qu’elle aimerait voir réduire en miettes toutes les universités, mais avant tout, ses chansons, ce sont des chansons d’amour. Pas un amour à la Barbara Cartland, non, loin de là, mais plutôt un amour pour la vie, la vraie, avec ses joies, ses folies, et un rejet en bloc de la grisaille du monde trop sérieux des adultes. Et elle nous chante ses chansons, tout en se dandinant, en sautillant dans tous les sens, tel un petit lutin sorti d’un dessin animé.

Voir Arolde sur scène, c’est un moment de bonheur, une claque dans la tronche à tout un chacun qui pense que le rock se résume à une voix braillarde et une guitare saturée. Arolde qui, soit dit en passant, est beaucoup plus rock and roll que pas mal de groupes de ce pays, de cette planète. On a envie, comme elle le fait, de lever notre poing pour chanter avec elle “Tremblez, les institutions aseptisées, les hommes d’affaires momifiés…“, on assiste à quelque chose d’original, enfin, on a l’impression, et ce n’est pas qu’une impression, qu’il se passe quelque chose sur scène, qu’on n’est pas trompés, car ce qui marque lors des concerts d’Arolde, c’est sa sincérité. On sait qu’elle ne joue pas, qu’elle vit ses chansons intensément. Au sortir d’un concert d’elle, le trouble et l’émotion sont bien présents, que cette demoiselle a le don pour nous transporter dans son univers d’où il est difficile de refaire surface et de retrouver les réalités quotidiennes. Car le quotidien, ses habitudes emmerdantes, la routine, toutes ces choses, Zoé (le véritable prénom d’Arolde) nous les fait oublier, comme une petite fée sortant, au lieu de sa baguette magique, ses chansons espiègles et déviantes.

Lors de ce concert du 5 mai au Botanique, en première partie des formidables Ogres de Barback, elle a, une fois de plus, mis dans sa poche un public qui, pour la plupart, ne la connaissait pas et qui, c’est compréhensible, a été totalement soufflé par l’univers si atypique et merveilleux qui se dégageait de ce concert.

Il faut également savoir qu’elle prépare d’arrache-pied son premier album. Vivement la date de sortie et vive Arolde, t’es la meilleure !

Almo.

Almo, Du belge sur tes tartines, mai 2003.

Grey line

LIEN.

http://www.arolde.com/

Grey line

Mots-clé : Arolde, “Zoé Jadoul”, “Les Brochettes”, Brochettes, “Rock français”, “Pop française”, Alternatif, Indie, Chanson, “Chanson française”, French, “Chanson belge”, Belge, Belgique, Bruxelles, Belgium, België, Brussel, Brussels,

Tags : #Arolde #ZoéJadoul #LesBrochettes #Rockfrançais #Popfrançaise #Alternatif #Indie #Chanson #Chansonfrançaise” #French #Chansonbelge #Belge #Belgique #Bruxelles #frenchchanson

Comments are closed.