xyzebres

Marc Morgan ressort ses copions avec les Obstacles

Un article de Frédéric Renson paru dans le journal L’Avenir du samedi 30 septembre 2011.

Marc Morgan & les Obstacles : Beaucoup vite loin

Marc Morgan ressort ses copions avec les Obstacles.

Grey line

13. C’est le nombre de plages à écouter depuis ce lundi sur “Beaucoup vite loin”, l’album de Marc Morgan et les Obstacles.

Grey line

Après dix ans de silence radio, Marc Morgan s’adjoint les Obstacles pour sortir “Beaucoup vite loin”, un album qui pioche un peu dans son époque Tricheurs.

Dix ans qu’on avait perdu la trace de Marc Morgan ! Il s’était “retiré” dans des pro­jets beaucoup moins exposés comme de l’habillage sonore pour la RTBF. Puis on l’a vu re­pointer sa guitare dans l’écurie liégeoise Freaksville, mais tou­jours en retrait de Miam Monster Miam et de Lio avec Phan­tom. Cette fois, Marc Morgan sort de l’ombre avec une sortie dans les bacs depuis lundi : Beaucoup vite loin.

Le Hutois préférera parler du premier album de « Marc Morgan et les Obstacles » plutôt que de son 4e ouvrage personnel, même si la matière porte ses signatures musicale et textuelle. “J’avais tou­jours continué à capter des bouts de chansons mais sans avoir de projets précis”, évoque Marc Morgan qui a même un moment pensé défi­nitivement tourner la page.

Puis est venu le déclic avec cette invitation à participer aux pro­jets du label Freaksville dans une atmosphère détachée de toute pression commerciale. “Même si je sais que je ne viens pas de nulle part, le but n’est pas de réactiver une espèce de pseudo­carrière. Je n’ai d’ailleurs jamais imaginé que la mu­sique prendrait une telle importance dans ma vie. Je suis ravi que le dis­ que soit sorti et qu’on va jouer.” Ce sera avec ses potes Calogero Ma­rotta (basse), Jérôme Mardaga (guitare) et Jérôme Danthinne (batterie) emmenés à Berlin, dé­but d’année, pour y enregistrer en condition live. Dont trois mor­ceaux repêchés dans le chantier laissé par Les Tricheurs à leur dis­solution au début des nineties hutoises (“À Ma Merci”, “Mauvais Es­prit”, “Qu’ils Reposent En Guerre”).

“Avec les anciens Tricheurs, on se croise encore régulièrement. Je suis curieux de voir ce qu’ils en penseront. Je pense que Sergio aimera certaine­ment le côté plus rock de cet album. Et après tout, Nerbard aussi. Bou­chon, je le revois régulièrement mais on ne parle pas des masses de musi­que en fait. Il a vraiment tracé un trait là­-dessus.”

Nous, on dira que c’est “du Mor­gan” plus mordant puisque dans une forme résolument rock. Oui, requinqué le quasi “quin­qua” !

Marc Morgan by Hannes Bieger

Début de l’année, Marc Morgan et ses troupes enregistraient à Berlin. L’album est sorti ce lundi.
(Photo : Hannes Bieger).

Dans un esprit très familial.

Avec son fils Maxime aux enregistrements additionnels en studio et sa fille Juliette aux chœurs, Marc Morgan a eu son lot d’émotions.

À l’oreille, il y a tout d’abord la voix de Juliette sur la chan­son Aux oubliettes. Dans l’ombre, il y a aussi tout un travail de studio dans lequel Maxime s’est impliqué avec son diplôme d’ingénieur du son décroché à l’IAD. Avec une fille et un fils pour filer un coup de main à leur père, ce nouvel album prend des allures de chouette aventure fa­miliale chez les Wathieu. “Fatale­ment, ça a beaucoup de significations pour moi, confie Marc Mor­gan. Bon, c’est de la cuisine interne et familiale. Mais, ce n’est pas rien car ça crée une ambiance familiale d’abord assez musicale. Et puis sur­tout, il y a incontestablement un côté émotionnel qui fait que cela donne su­bitement de la densité. Maxime et Ju­liette sont deux étincelles comme l’ont été Jacques Duvall et Miam Monster Miam en me proposant de collaborer à Freaksville en 2008.” Marc Mor­gan est aussi un suiveur attentif des premiers pas scéniques de Ju­liette (Mlle Nineteen) et de Maxime (The Mash). “Voir le groupe de son fils ouvrir Indochine à Forest National et au Zénith de Lille, c’est grisant. Maintenant, The Mash va sortir son album. Et ça prend une tournure plus raide. Comment va-­t­-il être accueilli ? C’est ça qui est cruel. Entre le moment où tu répètes en studio et celui de vérité, c’est de moins en moins naïf.”

Marc Morgan by Maxime Wathieu

Juliette avait déjà accompagné Marc Morgan aux chœurs lors d’un premier filage de concert, au printemps, à Huy. Émotion évidemment.

“Très régional, mais ça a de la signification”.

Les amitiés “hutoises” de Marc Morgan colorent, à nouveau, ce nouvel al­bum avec les Obstacles où Calogero Marotta (Bas­-Oha), Jérôme Mardaga et Jérôme Danthinne (Marchin) ne sont pas seulement des mu­siciens. “C’est aussi ma fa­mille artistique, insiste Marc Morgan. Je ne crois pas être quelqu’un de sentimental ou de nostalgique, mais le côté hu­main prévaut et crée le ciment des projets. Quand je vois le père de Jérôme Danthinne venir voir son fils au concert, ça me touche énormément. Et quand mon amie Charlotte Beaudry a présenté son exposition “Get Drunk” (titre inspiré d’une chanson de Showstar) à Bruxel­les, Christophe Danthinne (le frère de Jérôme est leader du groupe Showstar) était là. Même si c’est complètement anecdotique, ça crée un tissu qui fait qu’on se voit. D’une certaine façon, les choses s’inspirent de l’un et l’autre. Cela peut appa­raître très régional, mais ça a beaucoup de signification. Je suis allé faire des photos du con­cert de Showstar cet été. C’est une histoire entre l’artistique et l’humain. Ce sont des choses qui comptent et qui alimentent tout ça.”

Grey line

1983 : Les Révérends du Prince Albert.

Les Révérends du Prince Albert

Après des débuts au sein d’Objectif Lune avec son frère Étienne Wathieu et Alain Piette entre 1979 et 1984, Marc vit l’aventure “twist” des décalés Révérends du Prince Albert. “À la base, c’est une création d’Alain Pire. J’y faisais les chœurs et accessoirement le guitariste. Puis, on a enregistré un album où je chantais. J’ai appris énormément. J’y ai fait mes classes rock avec de nombreux concerts. On a même ouvert Indochine à Seraing à l’époque de “L’aventurier”. Mais ça, c’était vraiment n’importe quoi…”

Grey line

1988 : Les Tricheurs.

Les Tricheurs

Marc forme ensuite Les Tricheurs avec Philippe Content, Sergio Taronna, Bernard Petit, Bernard Royer et Marie-Christine Devillers. Boosté par le single “Le Jour J”, l’album “Tendez vos lèvres” aura un joli succès d’estime. «C’est un groupe éphémère qui a quand même cristallisé quelque chose d’important dans le climat pop-rock francophone de l’époque. On a rencontré pas mal de musiciens français.» Lassé par la sortie reportée d’un deuxième album, le groupe s’est essoufflé en 1992.

Grey line

1993 : Marc Morgan.

Marc Morgan

C’est sous cette identité que Marc aborde sa carrière solo. «C’est la suite des Tricheurs.Après la dissolution du groupe, je suis descendu sur Paris avec des maquettes que j’avais faites seul.» Les albums “Un Cygne Sur l’Orénoque” (en 1993 dont “Notre Mystère, Nos Retrouvailles”), et “Les Grands Espaces” (en 1996) le propulsent en tournée française (il jouera à l’Olympia…) avec Indochine, Les Innocents, Jean-Louis Murat. “Les parallèles se rejoignent” (en 2001) aura moins d’échos.

Grey line

2009 : Phantom.

Phantom

Marc est courtisé par Benjamin Schoos (Mian Monster Miam) et se laisse séduire par l’esprit du label Freaksville. «L’idée de refaire quelque chose me plaisait beaucoup. C’est très récréatif. J’y ai une tâche de guitariste et de producteur. Ça fait un peu auberge espagnole avec Jacques Duvall, Marie-France, Lio… On a tourné avec Lio dans des clubs rocks en Belgique et en France, ce qu’elle n’avait jamais fait. Elle y a pris beaucoup de plaisir. Une très chouette tournée.»

Frédéric Renson.

Grey line

Télécharger l’article.

Zip IconTélécharger cet article (PDF zippé 2 Mo).

Grey line

Lien vers l’article en ligne.

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20110930_00052183

Grey line

Freaksville Record

Grey line

Tags: ,

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.